Feeds:
Articles
Commentaires

Articles Tagués ‘collectivités exemplaires’

Le Conseil Général du Val de Marne a élaboré une charte de la restauration scolaire.
Il s’agit d’une feuille de route pour construire un nouveau modèle de restauration dans les collèges val-de-marnais.

Elle fixe des engagements autour de huit enjeux :

La justice sociale, l’accès de tous à un repas équilibré et de qualité garantissant l’égalité des tarifs
La pause méridienne
L’éducation au goût, à la santé, au développement durable et à l’interculturalité
La construction d’un modèle de restauration durable et de qualité
L’autonomie et la citoyenneté des collégiens
L’accompagnement, la qualification et la valorisation du personnel départemental, premier acteur du projet restauration
Un dialogue de proximité avec la communauté éducative
Le partage et le suivi du projet avec la population

Pour quoi faire ?

Pour améliorer la qualité des restaurants dans les collèges, et la faire reposer sur des valeurs d’innovation, de justice sociale, de solidarité, de respect de la santé et de l’environnement, parce que l’alimentation constitue un enjeu de santé publique et de développement des individus de première importance.

Comment ?

En concertation.
Une grande concertation a été menée dans tout le Val-de-Marne au printemps dernier : « Imagine ta cantine ». Elle a permis de recueillir le point de vue de plus 1 000 Val-de-Marnais : collégiens, parents, professionnels… Les contributions de chacun ont donné lieu à plus de 150 propositions concrètes. La charte de la restauration est la synthèse de ce travail.

En partenariat.
Elle a été adoptée à l’unanimité en séance du Conseil général, le 21 octobre 2013, et cosignée avec l’Éducation nationale le 4 décembre 2013. Le Conseil général et l’Éducation nationale se sont ainsi engagés officiellement à construire conjointement avec vous cette restauration nouvelle et conviviale.

En fonction des spécificités de chaque collège.
Cette charte est destinée à être déclinée dans les 104 collèges du département en fonction de leurs spécificités. Elle va réunir les actions qui existent déjà en Val-de-Marne autour de la restauration, et donner lieu à de nombreuses autres.

En co-construction.
Afin que la cantine de demain réponde au mieux aux besoins de chacun, usagers et acteurs de la concertation sont invités à suivre et participer à la mise en œuvre de ce grand projet. Continuez à faire connaître votre avis !

Pour en savoir plus:
Site internet du Conseil Général du Val de Marne

Read Full Post »

J’ai monté la liste "Rueil en Vert et pour Tous" qui se présente aux élections municipales de mars prochain à Rueil Malmaison.

Cette liste met la cantine scolaire au centre de son programme. Elle préconise notamment la réintroduction des cuisines dans les écoles afin de pouvoir cuisiner frais pour le jour même. Elle met aussi l’accent sur la montée en puissance du bio dans les menus pour atteindre 100% de produits bio en fin de mandat.

L’intention est également de développer l’approvisionnement local pour les produits bio.

Pour en savoir plus:

http://rueilenvertetpourtous.net/2014/01/20/introduire-100-de-produits-bio/

Read Full Post »

Nous avons présenté récemment l’initiative de Philippe Durrèche en faveur du maintien (ou de la réintroduction ) des cuisines et donc des plats fait maison dans les cantines scolaires.

A notre demande, Philippe Durrèche nous a écrit un article décrivant concrètement le projet de MaPaLe mis en place par la ville de Cavaillon. "La restauration de la ville de Cavaillon, ce sont 10 écoles pour environ 1.000 repas/jour pour les écoles maternelles et élémentaires. La ville a choisi en 2011 le fonctionnement sous le format Ma-Cuisine-dans-mon-Ecole pour les raisons suivantes :

- les cuisines dans les écoles étaient vétustes et devaient être refaites ;

- il existait déjà dans les écoles du personnel de production ;

- l’approvisionnement (classique pour une société de restauration par des fournisseurs référencés et comportant une grosse part de surgelés livrés par des camions gros porteurs) était délicat compte tenu des ruelles du centre-ville ;

- la volonté de faire travailler les producteurs locaux et de manger des produits frais. Le système fonctionne avec un haut niveau de satisfaction de la manière suivante :

- les achats sont centralisés sur une plate-forme (la MaPaLe), qui est installée sur le Marché d’Intérêt National (MIN) de Cavaillon ;

- les légumes y sont nettoyés, mis sous sac de protection ;

- les pâtisseries salées et sucrées y sont réalisées ;

Tous les jours, un véhicule distribue aux 10 écoles l’ensemble des produits nécessaires à la production. Le contrat impose en outre 20 % de produits bio. Les menus sont à 4 composantes. Les avantages sont les suivants :

- aucun stock dans les écoles ;

- les achats sont effectués localement, sur le MIN pour les fruits et légumes ;

- une livraison unique par école (développement durable) ;

- des produits frais cuisinés sur site (pas de liaison chaude ou froide) ;

- pas de produits sales dans les cuisines ;

- des pizzas et des pâtisseries sans graisses hydrogénées.

La ville a choisi le contrat de délégation de service public sous forme concessive confié à un prestataire local, la société PROVENCE-PLATS, lequel a pris en charge les dépenses suivantes :

- les travaux de remise en état des cuisines dans les écoles ;

- les travaux d’équipement dans la MaPaLe, qui est mise à disposition moyennant loyer par la Ville.

Les chiffres sont les suivants : le nombre d’emplois est de 27, le prix de revient (production et service, hors surveillance et animation) du repas moyen est de 9,34 € TTC. Les travaux ont coûté 250.000 € dans les écoles et, pour la plate-forme, 400.000 € répartis par moitié pour le second œuvre et les équipements. Le loyer pour la mise à disposition de la MaPaLe est de 35.000 € par an.

Les menus sont accessibles à www.cavaillon.com/restauration-scolaire.html

Pour en savoir plus sur le concept de Ma cuisine dans Mon Ecole, vous pouvez contacter Philippe Durrèche:

Téléphone : 01 39 73 73 37 Fax : 01 34 51 73 77

Portable : 06 09 28 20 98

Email : durreche@club-internet.fr

Site : rsdfrance.com

Read Full Post »

La dynamique créée par le Grenelle de l’Environnement n’est pas retombée !! La preuve en est le marché que la ville de Fresnes vient de passer avec l’entreprise Sodexo. A partir du 18 mars prochain les enfants bénéficieront de 20% de produits bio dans leurs menus.

La suite nous la lirons dans l’article du Parisien de ce jour.

L’objectif est de parvenir à 50% des aliments à l’horizon 2016, dont 100% pour les fruits et légumes. En moyenne, 2500 personnes, dont environ 2200 enfants fréquentant les cantines scolaires, sont concernées sur la commune. « C’était une demande des familles et une préoccupation de la ville, explique Denis Helbling, conseiller délégué à l’éducation à Fresnes. L’idée, c’est aussi de faire en sorte que le nouvel opérateur (NDLR : Sodexo) s’approvisionne sur le territoire proche de nous. »

Pas d’augmentation du prix des repas A l’heure où le scandale sur la viande de cheval fait rage, pourquoi réserver le bio uniquement aux fruits et légumes? La réponse est simple : les viandes choisies sont labellisées, ce qui garantit, selon la ville, une qualité suffisante. Le choix du bio pour ces aliments augmenterait d’autre part fortement le prix du repas. L’introduction du bio est vue d’un bon œil par les parents d’élèves, d’autant qu’elle se fait sans augmenter le prix du repas. La ville prend en effet en charge les 10 à 35 centimes d’euros de hausse.

Read Full Post »

Lors d’une conférence sur le bio à la cantine, l’association ‘chouette c’est bio’ avait invité Elisabeth Belaubre, adjointe au maire de la ville de Toulouse, et Sylvestre Nivet, directeur de la restauration municipale de Poitiers. Nous avons déjà publié la vidéo de l’intervention d’Elisabeth Belaubre et nous diffusons maintenant l’intervention de Mr Nivet.

La ville de Poitiers a créé 2 cuisines centrales pour servir 6000 repas par jour. Pourquoi 2 cuisines centrales? Afin de permettre la livraison des repas dans les écoles en liaison chaude.

On y apprend également que 25% des achats de produits alimentaires sont d’origines biologiques.

Une ville exemplaire à bien des égards.

Read Full Post »

good food march provence 2012

CHANGEONS DE PAC!
Depuis la campagne européenne Good Food March largement relayée par Bio Consom’acteurs, de nombreuses propositions, sérieuses, précises, pour l’évolution de la Politique Agricole Commune vers d’incontournables changements agro-environnementaux ont été présentées à la Commission du Parlement Européen, sans qu’aucune d’entre elles ne soit pour l’instant retenue.
Sur fond de crises financières, économiques, sociales, sans précédent en France comme partout en Europe, qui vont jusqu’à mettre les nations en faillite, sur fond de crise de confiance politique avec des taux d’abstention record, et sur fond de très grave crise écologique et agroculturale qui menace l’humanité de famine voire de disparition, les puissants lobbies agroalimentaires n’entendent pas perdre les privilèges de la manne financière colossale (10 milliards d’euros pour la France) distribuée aux très grosses exploitations de façon totalement inéquitable. Il faut absolument changer la PAC actuelle, qui est dévastatrice pour toutes les raisons exposées. Si dans les jours qui viennent une très forte interpellation de nos 74 députés européens n’est pas engagée par chacun d’entre nous, les plus pollueurs des agriculteurs continueront à percevoir pendant les 6 prochaines années, pour les 20 % qu’ils représentent, 80 % des subventions de la PAC sans aucune contrepartie  environnementale, ce qui serait totalement inacceptable et aurait des conséquences catastrophiques pour les autres agriculteurs et pour tous les consommateurs !

A NOUS DE JOUER !
Il appartient aux consommateurs écocitoyens que nous sommes d’AGIR d’URGENCE avant le 11 mars 2013 en suivant les consignes efficaces et pertinentes du Collectif pour une autre PAC:
- en allant rencontrer nos députés avec les argumentaires exposés à notre intention sur www.gomad.fr;
- en répondant au questionnaire lancé par la Commission européenne sur la bio pour formuler nos propositions d’évolution vers une politique agricole favorable à la bio en évitant les écueils d’une formulation parfois très tendancieuse;
- en faisant lire autour de nous une lettre ouverte émanant des 20 plus importantes associations agroécologiques à destination du ministre de l’agriculture reprenant toutes nos préoccupations de voir être mis en oeuvre par l’Etat les réels changements annoncés dans les discours de Stéphane Le Foll et en particulier lors de la conférence nationale « Agricultures : Produisons autrement » du 18 décembre 2012;
- en se retrouvant pour se concerter et mieux agir ensemble à l’occasion des prochaines grandes manifestations nationales auxquelles Bio Consom’acteurs sera présente, notamment pour présenter et distribuer son tout nouveau livret d’information La bio en questions :
-> au Salon de l’agriculture à Paris les 1-2-3 mars sur le stand A30 de l’Agence bio situé dans le pavillon 4, hall consacré aux services et métiers de l’Agriculture.
-> au Salon Primevère à Lyon les 8/9/10 mars sur le stand de l’association pour la Sauvegarde des Coteaux du Lyonnais

TOUT EST ENCORE POSSIBLE ! Poursuivons nos actions pour transformer la société, en commençant par l’adoption d’une agriculture et d’une alimentation respectueuses de l’homme comme de la nature !

A bientôt !
Bernard Astruc, vice-président de Bio Consom’acteurs, président de Bio Consom’acteurs Provence

Read Full Post »

Elisabeth Belaubre est adjointe au maire à la ville de Toulouse en charge de la santé environnementale. A ce titre elle gère la cantine scolaire de la ville.
Mme Belaubre était l’invité de Dijon-Ecolo lors d’une conférence qui s’est déroulée à Agrosup le 6 février dernier. Dans cette captation vidéo elle nous livre son témoignage sur l’introduction de produits bio dans les cantines de la ville de Toulouse.

On y apprend que la ville de Toulouse accueille 90% des enfants à la cantine scolaire grâce notamment à une politique tarifaire  qui propose la gratuité aux faibles revenus. Elle propose plus de 30% de produits bio (en % des achats) dans ses menus.

Son témoignage remet en cause un certain nombre d’idées reçues notamment concernant les cuisines centrales. Selon Mme Belaubre: "les cuisines centrales sont le top du top de ce qu’il ne faut pas faire" !!! Selon ses calculs et après avoir beaucoup consulté avec ses collègues les très grosses cuisines centrales coûtent en fait plus chers que des cuisines autonomes. Cela est du principalement au fonctionnement en liaison froide de ces cuisines centrales. Ce mode opératoire est très coûteux en énergie:

- Pour produire les plats, les refroidir instantanément et les réchauffer le lendemain dans les offices des écoles.

- Pour acheminer les plats chaque jour dans les 25 écoles de la ville à l’aide de 12 camions

On apprend également dans cette vidéo que la ville de Toulouse possède elle aussi une régie agricole de 300 ha que Mme Belaubre a converti au bio.

Le seul projet qui n’a pas abouti pour l’instant est la mise en place d’une légumerie car les services vétérinaires s’inquiètent de la vétusté de la cuisine centrale. Mme Belaubre étudie alors la possibilité de créer des cuisines centrales de taille moyenne qui pourraient livrer les offices en liaison chaude et qui seraient équipées chacune d’une légumerie.

Pour en savoir plus sur: les OGM dans les cantines scolaires de la ville de Toulouse

Read Full Post »

Le maire d’Ungersheim nous montre qu’une cantine bio ne saurait être qu’un élément parmi d’autres lorsque l’on veut reconstruire un éco-système durable. Ungersheim est un bel exemple d’une ville en transition où la question du développement durable est traité sur le plan de l’énergie, de l’agriculture et du social (avec le chantier d’insertion).

Certes il s’agit d’une petite ville mais l’exemple donne à réfléchir.

Pour en savoir plus: Ungersheim, un village en transition

Read Full Post »

Les collectivités territoriales sont de plus en plus nombreuses à inscrire leur action politique dans une perspective de développement durable. Dans ce contexte, le soutien des élus locaux à l’agriculture biologique doit trouver toute sa place. Le développement des surfaces en bio est un enjeu réel pour demain face à deux impératifs : préserver la qualité de l’environnement et accroître le nombre de producteurs bio pour répondre à la demande des citoyens. Les collectivités territoriales ont un rôle à jouer pour relever ce défi. Afin de présenter aux élus et agents des collectivités diverses expériences relatives à la préservation de la ressource en eau, au développement des circuits courts et à l’organisation de la restauration collective, Corabio organise un colloque en partenariat avec l’ADABio (le groupement des producteurs bio de l’Ain, l’Isère, la Savoie et la Haute-Savoie).

PROGRAMME DU COLLOQUE « L’agriculture biologique, un atout pour les collectivités territoriales »

9h : Accueil par Thierry Billet, adjoint au maire d’Annecy et Bernard Dufournet, administrateur de l’ADABio

9h30 : Qualité des eaux superficielles et souterraines, résultats de l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse

10h15 : Qualité de l’eau et agriculture biologique, tour d’horizon des expériences existantes, par Audrey Vincent, doctorante du laboratoire d’études rurales a l’Universite Lyon 2

11h : Protection des ressources en Eaux Minérales Naturelles : stratégie et exemples d’actions, par Julie Viglione, chargée du déploiement de la politique de protection des Ressources en Eaux Minérales pour Danone Eaux France

11h45 : Qualité de l’eau et agriculture dans le bassin lémanique, par Magali Condamines, ingénieure à la Commission Internationale pour la Protection des Eaux du Leman (CIPEL)

14h : Le marché des produits biologiques

14h45 – Table ronde / ORGANISATION DE LA RESTAURATION COLLECTIVE BIO

Marché de la restauration collective. Création d’un atelier de transformation à la ferme, témoignage de Gabriel Marin-Lamellet, éleveur à Gruffy. Place de la bio en restauration concédée, témoignage de Michel Grebot, Ste Leztroy. Réunir une gamme de produits pour fournir la restauration collective, exemple de la Bio d’Ici, témoignage de Christine Viron, gérante de la société coopérative d’intérêt collectif. Atouts et exigences des produits bio en restauration scolaire, témoignage de Ludovic Petit, cuisinier au collège de Douvaine.

16h15 : Développement des circuits courts en Haute-Savoie : la couveuse d’activités Initiaterre, une solution locale pour l’installation, témoignages de Isabelle Velarde, coordinatrice d’Initiaterre, et Jérôme Dethes, responsable légal d’Initiaterre et maraicher bio au sein du GAEC La Pensée Sauvage.

17h : Synthèse des débats et conclusion de la journée

CONTACT PRESSE :

Claire LECOUTEUX

Chargée de communication

Email: claire.lecouteux@corabio.org

CORABIO

INEED Rovaltain TGV
1 rue Marc Seguin
BP 11150 Alixan
26958 VALENCE Cedex 9
Tél. : 04 75 61 19 36
www.corabio.org

A télécharger: Le programme

Read Full Post »

La ville de Strasbourg a confié la gestion de sa restauration scolaire à la société l’Alsacienne de Restauration avec comme objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre de la cantine scolaire de 3% par an.

Un des moyens d’atteindre cet objectif est de réduire les quantités de viande consommées. C’est pourquoi l’Alsacienne de Restauration propose chaque trimestre "un repas bon pour ta planète" c’est-à-dire un repas sans viande. En l’occurrence il s’agissait de  pâtes "bolognaises végétale"  à base de lentilles, carottes sauce tomate et parmesan.

On apprend également dans cet article de 20 minutes que la cantine propose entre 20 & 40% de produits bio dans ses menus et que 60% de ces produits bio viennent d’Alsace.

Read Full Post »

Older Posts »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 470 followers

%d bloggers like this: