Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘compostage/méthanisation’

Un article du Midi Libre daté du 19/09/2010 nous informe que le tri sélectif a été mis en place dans les 5 cantines scolaires de la ville de Lattes, une commune de la banlieue de Montpellier.

On peut noter quelques points intéressants:

– Les enfants font eux-mêmes le tri grâce à la mise en place de poubelles dédiés aux 2 catégories de déchets auprès de chaque table

– Les déchets organiques sont ensuite acheminés dans l’usine de méthanisation construite récemment à Montpellier

– Cette action dans les cantines a entraîné la mise en place de poubelles de tri sélectif dans les classes

Conclusion: pourvu qu’on leur explique les choses les enfants peuvent tout à fait trier eux-mêmes les déchets dans leur assiette.

Read Full Post »

Dans son édition du 8 janvier 2010 le magazine La France Agricole (1) relate l’expérience conduite dans une commune du Tarn et Garonne. Dans la cantine des 2 écoles de Montech (82) les élèves trient eux-mêmes leurs déchets de cantine qui sont ensuite vidés par les animateurs de cantine dans un composteur.

Cette opération a démarré en septembre 2009 et si tous se passe bien les enfants « récolteront » leur premier compost au printemps et ils pourront alors s’en servir pour les jardins de l’école.

Cette opération fait partie d’un projet plus large de la commune et de la communauté de commune de développer le tri sélectif des déchets en général. Il est donc piloté par Mme la maire de Montech par ailleurs présidente de la communauté de commune.

La présence d’une chargé de projet employée par la collectivité locale renforce évidemment la crédibilité du projet.

Nous suivrons ce projet et vous tiendrons informé de son évolution puisqu’il est prévu de l’étendre aux autre villes de la communauté de communes.

(1) La France Agricole – Tri des déchets à la cantine

Merci à la FCPE Marie Marvingt pour l’info.

Read Full Post »

Nous avons communiqué récemment sur quelques expériences de compostage menées récemment en milieu scolaire. Nous avons enquêté sur celle menée à Charenton par Avenance avec une association, Worgamic. Il s’avère que cette expérience a duré quelques mois et s’est interrompue.

La raison est assez aisée à comprendre: la gestion des déchets n’est pas de la responsabilité de la société de restauration collective concernée. Cela reste de la responsabilité de la commune comme la gestion de l’ensemble des déchets d’ailleurs. Ce qui est probablement mieux ainsi. Après tout ne collecter que les bio-déchets de cantine n’aurait pas grand sens logistiquement et économiquement.

En revanche mettre en place une filière de collecte et de valorisation des déchets organique de cantine demande que le tri de ces déchets soit fait en amont. Et là la collaboration de la société de restauration collective peut être plus facilement mobilisée. Il lui serait en effet aisé de mettre en place 2 poubelles à l’entrée des cuisines pour permettre aux enfants de séparer les déchets fermentescibles des autres (en l’occurrence quasi exclusivement des pots de yaourts). Au passage faire trier les déchets par les enfants permettra de mettre en place des campagnes de sensibilisation au gaspillage et donc d’agir pour que ces déchets diminuent. Mais nous y reviendrons.

On constate donc que la véritable difficulté réside dans la mise en place de la filière de collecte et de valorisation. Car une fois celle-ci définie et mise en place, organiser le tri en cantine sera beaucoup plus simple.

C’est donc bien aux communes de s’emparer de ce sujet, de mettre en place la collecte et la valorisation et ensuite de demander aux personnels de cantine d’organiser le tri en amont.

 

Read Full Post »

Grâce à l’excellent site actu-environnement nous apprenons l’existence de 2 projets de compostage conduits cette année en milieu scolaire.

Il s’agit de l’école Notre Dame des Missions à Charenton (94) où le projet a été mené avec Avenance Enseignement et Worgamic, une association spécialisée dans la sensibilisation au développement durable.

Quant à l’école primaire de Moussy le Neuf (77) elle mène un projet pilote en la matière sous la houlette du conseil régional. Dans ce projet ce sont les enfants qui font eux-mêmes le tri des déchets. Nous prônons une telle opération pour 2 raisons. Tout d’abord elle facilite l’opération de tri pour le personnel de cantine. Mais surtout elle incarne la fonction éducative d’un tel projet qui est selon nous un facteur clé de succès pour une telle opération.

On y apprend également qu’une école de 12 classes engendre 150 kg de déchets alimentaires par jour, soit sur une année scolaire : 5,4 tonnes.

Nous allons enquêter auprès de ces établissements scolaires pour en savoir plus sur ces projets et sur les conclusions qui en ont été tirées.

Read Full Post »

Dans un article récent, le site Actu-Environnement nous dévoile les priorités du gouvernement en matière de gestion des déchets pour les 3 années à venir. A l’occasion de l’installation du nouveau Conseil National des Déchets, Chantal Jouanno a présenté la politique déchets de la France: produire moins, recycler plus et traiter localement.

Une phrase a attiré notre attention que nous reproduisons in-extenso:

Le plan national vise également à développer le traitement biologique des biodéchets via le soutien au compostage domestique et en obligeant les gros producteurs comme les cantines scolaires à trier ces déchets.

Nous soutenons tout à fait cette idée que nous avons déjà abordée sur ce blog et enjoignons les parents d’élèves à évoquer le sujet dans les différentes commission Cantine.

Read Full Post »

La communauté urbaine de Lille a mis en place une usine de méthanisation.  Cette usine valorise 70000 t de déchets organiques sous forme de biogaz et de compost.

Le système de collecte concerne à la fois les particuliers et les cantines scolaires. Sur ce dernier point, nous avons interrogé Nathalie Fawaz, la personne en charge de la collecte au sein de la communauté urbaine de Lille. Voici l’interview reconstitué.

– La collecte des bio-déchets concerne-t-elle tous les établissements: écoles, collèges et lycées?

La collecte des bio-déchets des cantines concernent tout les établissements publics proposant une restauration collective (écoles, collèges, lycées, université, cantine des gros établissements public comme certaines mairies, la CUDL, le conseil général, le conseil régional…), les établissements hospitaliers et les maisons de retraites communales. Environ 400 établissements sont aujourd’hui concernés par cette collecte.

– La collecte des cantines se fait-elle en même temps que la collecte auprès des particuliers? Comment s’opère-t-elle?

2 types de collecte ont été développées en fonction de la taille et de la localisation des établissements.

1) une collecte par aspiration (camion aspiro-vidangeur) avec lavage des bacs. Nous mettons à disposition des cantines des bacs généralement de 340 ou 400 litres, collectés une à 3 fois par semaine. Cette collecte concerne les établissements assez importants (en général, au moins des collèges et pas d’écoles primaires ou maternelles).

Collecte bio-déchets Lille 1 Collecte bio-déchets Lille 2

2) une collecte par benne tasseuse, celle qui dessert les usagers, une fois par semaine. Il s’agit d’une benne compartimentée (un coté pour les bio-déchets et un côté pour les déchets non recyclables). Les établissements sont alors équipés de bacs 120 ou 140 litres et de sacs bio-dégradables (livraison tous les ans), car les bacs ne sont pas lavés après la collecte. Cette collecte concerne essentiellement des établissements de taille modeste (beaucoup d’écoles), situés dans des zones où fonctionne la collecte des bio-déchets (pas dans les centres urbains denses).

– Qui fait la collecte ?

La collecte est réalisée par Esterra, un prestataire local.

– Quel pourcentage des déchets organiques collectés est issu des cantines scolaires vs collecte des particuliers?

La quantité de déchets organiques issus des cantines est difficilement chiffrable, puisqu’on ne connait que les quantités collectées par aspiration (environ 3000 tonnes). Dans l’autre collecte, les déchets des cantines et ceux des ménages sont mélangés (35000 tonnes au global). Cependant, on peut estimer que la quantité des déchets des cantines doit représenter environ 5000 tonnes sur les 38000 tonnes collectées (env 13% NDLR). Les bio-déchets des ménages sont avant tout constitués de déchets verts de jardin, il y a peu de déchets issus de la préparation et restes de repas.

– Comment se passe le tri des déchets dans les cantines: tri ‘à la source’ par les enfants ? en cuisine par le personnel ? Avez-vous noté une amélioration du coefficient de tri avec le temps?

Le tri au niveau des cantines se fait souvent par le personnel de cantine, mais dans certaines cantines, ce sont les usagers qui réalisent le tri directement lors de la repose du plateau.

La qualité du tri a en effet tendance à s’améliorer avec le temps, des sensibilisations sont réalisées lorsque la qualité ou la quantité de tri se dégrade.

Read Full Post »

Une étude conduite en l’an 2000 par l’Ademe pour le compte du Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable recommandent de composter les biodéchets plutôt que de les incinérer.  Ces recommandations sont reprises sur le site internet du Syvalom. Donc tout laisse à penser que ces recommandations restent valables aujourd’hui.

Les biodéchets comportent 80% d’eau. L’humidité fait chuter le pouvoir calorifique des déchets et perturbe la conduite du four et son rendement énergétique. Par ailleurs, la variation du volume de certains biodéchets à incinérer selon les saisons (petits déchets verts) rendrait plus délicate l »exploitation de l’UVE. La collecte sélective de ces déchets en amont est donc préférable.

On peut également ajouter qu’une grande partie des biodéchets peuvent être valorisés in-situ grâce aux composteurs individuels, réduisant d’autant les coûts de collecte et d’incinération.

Concernant les biodéchets de restauration scolaire, il reste à prouver qu’une valorisation in-situ est faisable à grande échelle. Par contre les volumes concernées et la densité des établissements scolaires en zones urbaines permettent d’envisager une collecte de ces déchets afin d’être valorisés sous forme de méthane et de compost.

Pour plus d’information: LA GESTION BIOLOGIQUE DES DÉCHETS MUNICIPAUX

Read Full Post »

En janvier dernier je vous avais informé d’un projet de tri des déchets qui se déroule en classe de 6è au collège Saint Laurent la Paix Notre Dame de Lagny sur Marne (94).

La professeur de SVT, Nathalie Lepouder, nous a informé de l’évolution du projet et nous sommes ravis de vous en faire part. Comme souvent dans ce genre de projet, les choses n’avancent pas au rythme souhaité pour ce qui concerne la mise en place du lombri-compostage. Mais cela ne décourage pas les élèves qui ont repris leur travail de sensibilisation sur le tri des déchets à la cantine afin d’isoler les déchets organiques.

Nous vous tiendrons bien sûr informé de l’évolution du projet.

Read Full Post »

Un article trouvé dans Univers-Nature nous présente la technologie de la méthanisation pour valoriser les déchets organiques. L’intérêt de cette technologie est de fournir 2 ressources valorisables à partir de déchets organiques: le ‘digestat’ à partir duquel un compost agricole peut être élaboré et vendu et bu biogaz, énergie renouvelable qui peut servir à la production de chaleur ou d’électricité.

Nous apprenons aussi qu’il existe une usine dans l’Essonne d’une capacité de 100000 tonnes. Il reste à étudier désormais les conditions de collecte de tels déchets.

Read Full Post »

Le Sirtom (Syndicat Intercommunal de Ramassage et de Traitement des Ordures Ménagères) du laonnois a mis en place un dispositif de collecte et de valorisation biologique des déchets des cantines de deux établissements scolaires de Laon (02): le lycée Julie Daubié et le collège Charlemagne.

Au restaurant du Lycée Julie Daubié, les usagers
effectuent eux-mêmes un pré-tri des restes
alimentaires et des déchets d’emballage. Les matières
organiques sont rassemblées dans l’assiette et les déchets
d’emballage sont mis à l’écart sur le plateau. Un agent du
restaurant recueille les plateaux et effectue lui-même
l’opération de tri des emballages, jetés dans des
conteneurs spécifiques, et des restes alimentaires, versés
dans le broyeur (cf photos ci-dessous).

Les déchets alimentaires sont broyés et compactés (ce qui
a pour effet de diminuer leur volume, mais d’augmenter
leur densité), puis versés dans des conteneurs spécifiques,
disposés à l’extérieur des cuisines, en surface. Les
conteneurs ont une capacité de 250 litres, mais du fait du
poids des déchets compactés, ils ne peuvent être remplis
au-delà de 150 à 200 litres.

Le document relatant cette expérience a été publié sur le site local de l’Ademe. Nous nous sommes mis en relation avec les intervenants de ce projet et vous tiendrons informés dès que nous aurons plus de détails.

(suite…)

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :