Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Région Ouest’

Lors d’une conférence sur le bio à la cantine, l’association ‘chouette c’est bio’ avait invité Elisabeth Belaubre, adjointe au maire de la ville de Toulouse, et Sylvestre Nivet, directeur de la restauration municipale de Poitiers. Nous avons déjà publié la vidéo de l’intervention d’Elisabeth Belaubre et nous diffusons maintenant l’intervention de Mr Nivet.

La ville de Poitiers a créé 2 cuisines centrales pour servir 6000 repas par jour. Pourquoi 2 cuisines centrales? Afin de permettre la livraison des repas dans les écoles en liaison chaude.

On y apprend également que 25% des achats de produits alimentaires sont d’origines biologiques.

Une ville exemplaire à bien des égards.

Read Full Post »

« On croit en notre filière, donc on investit pour la développer. » Sept producteurs bretons de légumes bio ont joint l’acte à la parole. Ils sont aujourd’hui à la tête de Bretagne bio équité, un nouvel outil de transformation avec lequel ils s’ouvrent les portes de la restauration collective publique.

Le site Paysan Breton Hebdo nous informe que cette légumerie bio a fait l’objet d’un investissement de 400 000 euros dans un bâtiment industriel de 1500 m2. 5 personnes y ont été embauché et sa capacité de production est de 1000t.

Leurs premiers clients sont les villes de Lorient, Lanester et Ploemeur. Dans la gamme proposée, « bio à 100 % », plus de 35 fruits et légumes sont présents sous différentes formes (entier, émincé, rondelle, dé, frite…) soit des fruits/légumes de 4ème gamme.

Une SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif) a été créée pour gérer l’entreprise. C’est l’autre facette très intéressante du projet. En effet dans la SCIC le collège des producteurs prend les décisions en concertation avec les salariés, les clients. Les deux producteurs à l’initiative du projet y voient de nombreux avantages, dont celui de pouvoir « construire un prix de vente avec les clients distributeurs et les collectivités, qui soit rémunérateur pour les producteurs et attractif pour les clients. »

Il s’agit donc bien d’une nouvelle façon de faire les affaires ou toutes les parties prenantes: producteurs, salariés et… clients participent à la décision en vue d’une répartition équitable des gains.

On constate par là que l’agriculture bio non seulement remet en cause les méthodes de l’agriculture intensive mais elle questionne aussi les structures capitalistes traditionnelles.

On espère donc que d’autres collectivités locales vont suivre et devenir clientes de cette légumerie.

Merci à Dijon Cantine Bio pour l’info.

Read Full Post »

La Société Anonyme Coopérative Mangeons Bio Ensemble a vu le jour le 6 mai dernier à Melle (79). Elle a pour objet la distribution de produits biologiques pour la restauration collective en Poitou-Charentes.

Du bio local et régional

La plateforme a fait le choix de travailler en quasi totalité avec des groupements de producteurs et des transformateurs régionaux pour proposer une offre complète en termes de produits, volumes et prix. L’objectif est de faire de cette plateforme l’un des outils de développement des filières bio régionales.

Une logistique adaptée

Mangeons Bio Ensemble travaille avec un prestataire pour toute la partie logistique. Il est partie prenante dans la structure et membre du Conseil d’Administration.

Une gouvernance collective

Pour le moment constituée en SA Coopérative, Mangeons Bio Ensemble a pour objectif de passer en SCIC (Société Coopérative d’Intérêt Collectif) dès cet automne. Ce statut permet une gouvernance collective de la structure par la mise en place de différents collèges. Il permet également l’intégration des collectivités qui le souhaitent.

Mangeons Bio Ensemble vient de recruter une salariée ; Delphine GILLES assure les fonctions de gestion économique et commerciale de la structure.

Contacts Mangeons Bio Ensemble :

Delphine GILLES, Port. 06.09.35.17.77

mangeonsbioensemblepc@orange.fr

Philippe MASSIERE, Président Tél : 05 49 18 06 74

Merci à l’excellent blog, Ma Cantine est Bio, pour l’info.

Read Full Post »

Dans un article précédent nous avions parlé de la cuisine centrale des écoles privées de Vitré (35) et de sa capacité à livrer en liaison chaude les cantines des écoles. Ceci est tout à fait inhabituel puisque dans l’immense majorité des cas, qui dit cuisine centrale dit liaison froide. Pour rappel la liaison froide consiste à produire la veille les repas pour le lendemain et de les réchauffer sur place le jour J.
Inversement la liaison chaude permet la livraison le jour même en cantine des repas confectionnés. Nous terminions cet article en se demandant si cela allait influencer les cantines scolaires de l’école publique.

Aussi telle ne fut pas notre surprise de lire un article de Ouest France sur la cuisine centrale de la ville de Vitré. Cette cuisine est en cours de construction et sera livrée courant juillet, prête donc pour approvisionner les cantines des écoles publiques de la ville à la rentrée 2011.

Outre le fait qu’elle travaillera des produits bio, cette cuisine centrale livrera les cantines des écoles de la ville en liaison chaude. Et la raison est clairement expliquée:

« Gustativement, les plats sont meilleurs que les repas réchauffés. Et nous nous sommes aperçus que, pour les personnes âgées, les repas en liaison froide n’étaient pas consommés et restaient bien souvent dans le frigo. »

Bravo donc encore à la ville de Vitré pour cette excellente décision.

Read Full Post »

Dans son édition daté du 14 décembre, le journal Sud Ouest nous apprend que la ville de Saintes vient de renouveler les fournisseurs de ses cantines scolaires et ils ont réservé un lot aux produits issus de l’agriculture biologique.

Le fournisseur retenue a un parcours atypique. Il s’agit d’une jeune agricultrice qui s’est lancée dans l’agriculture bio après une carrière d’enseignante. Elle avait ciblée les cantines scolaires comme un débouché potentiel pour ses produits.

Ce cas est tout à fait exemplaire du pouvoir de bienfaisance que possèdent les communes pour aider les agriculteurs à se convertir au bio en leur procurant des débouchés.

Pour cela il convient que ces communes gèrent, comme la ville de Sainte, leurs cantines en régie directe pour procéder elles-mêmes aux approvisionnements et que dans ce cadre elles allotissent leurs marchés pour permettre à des petits agriculteurs de répondre.

Un exemple à suivre…

Read Full Post »

Nous avons reçu un message sur ce blog de l’association La Marmite située à Sainte Marie en Ré. J’ai repris ci-dessous la description du fonctionnement de cette association transmis par un de ses membre.

L’association La Marmite a été créée par des parents d’élèves et elle gère la cantine municipale de Sainte Marie depuis 1981 et sert 180 repas par jour.

Son fonctionnement repose depuis toujours sur des parents très impliqués, soucieux du bien manger. Auparavant l’Association s’occupait de tout (achats, vente de tickets aux parents…). Depuis la rentrée 2010, la mairie a repris les achats et la facturation aux parents, car il s’agissait de deniers publics. La cantine fonctionne en régie simple. Une convention a été signée entre la mairie et l’association. Nous gardons la main sur le choix des fournisseurs (primordiale), les menus, la présence de la diététicienne etc… La mairie paye les fournisseurs et collecte le paiement les parents.

Il y a quelques années le cuisinier de l’époque utilisait beaucoup de plats tout préparés. Lorsque les membres de l’association de La Marmite ont demandé aux fabricants ce qui composait les plats en détail, aucun n’a jamais vraiment répondu. La volonté d’introduire les produits bio dans les menus vient de cette époque.

Aujourd’hui nous servons des menus comprenant près de 70/80% de produits bio tous les jours pour un coût plus que raisonnable. Actuellement le prix du repas est de 2€25, la part alimentaire représentant 1€80.

Nous sommes également très sensibles à la gestion des déchets. Pour cela nous misons principalement sur les quantités servies, apprenons aux enfants à ne pas gâcher. La fabrication du pain se fait sur place. La distribution d’une quantité raisonnable aux enfants permet d’éviter le gâchis du pain. Et il y a un composteur à proximité de la cantine.

Nous tentons d’être très présents auprès des enfants et constatons qu’ils apprécient énormément ce qu’ils mangent. Nous organisons des actions et envisageons par exemple très prochainement l’organisation de cours de cuisine à destination des parents. Cours portant sur des plats servis aux enfants afin de les faire découvrir aux parents. La démarche est large!

Des actions sont organisées conjointement avec les instituteurs (par exemple: cours de cuisine moléculaires avec les enfants dans le cadre de l’école, semaine du goût organisée conjointement…)

Le système repose sur la volonté des membres de l’Association, de la Chef cuisinière et de l’équipe municipale d’il y a quelques années et de celle d’aujourd’hui.

Cela est également possible car nous avons une cuisine dans l’école.

Notre projet à venir: Inciter des jeune agriculteurs/ maraîchers de l’ile de Ré à se lancer dans le bio et à fournir la cantine.

Read Full Post »

La rentrée est toujours propice à une floraison d’articles sur les cantines scolaires dans la presse quotidienne régionale.

Nous en avons retenu un paru aujourd’hui dans Ouest France. Il explique les efforts entrepris par le conseil régional de Bretagne pour introduire les produits bio dans les cantines des lycées de la région. On apprécie la volonté affichée d’inscrire cette initiative sur le long terme, ce qui ne peut qu’aider au développement d’une filière agricole bio de proximité.

Il ne s’agit pas de proposer des opérations ponctuelles du style un menu ou une semaine tout bio, mais d’intégrer systématiquement des aliments bio », explique Marie-Pierre Rouger, vice-présidente de la Région en charge des lycées.

Ils ont également un projet éducatif….

« ….faire comprendre aux jeunes l’importance et les enjeux d’une nourriture saine. »

Tout en maintenant les coûts en développant les filières courtes.

Un bel exemple de stratégie globale ou l’introduction de produits bio se fait en privilégiant l’approvisionnement local et l’éducation des élèves.

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :