Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Circulaire du 2 mai 2008’

Toujours dans la foulée du Grenelle de l’Environnement le Premier Ministre détaille l’action de l’Etat par la Circulaire du 3 décembre 2008 relative à l’exemplarité de l’Etat au regard du développement durable dans le fonctionnement de ses services et de ses établissements publics

Cette circulaire précise la politique d’achat de l’Etat et est on ne peut plus claire.

Les dépenses que l’Etat consacre annuellement à son fonctionnement courant dépassent les quinze milliards d’euros dont dix milliards d’euros pour les achats courants et cinq milliards d’euros pour les achats dits métiers . Ces dépenses doivent être désormais faites dans une approche de développement durable.

Les dépenses de fonctionnement des administrations peuvent, en effet, apporter une contribution significative face aux défis environnementaux et sociaux que nous devons relever. L’utilisation de ce levier permettra d’assurer une plus grande efficacité des politiques sectorielles en faveur du développement durable. Il s’agit aussi d’une question de responsabilité et de crédibilité. L’Etat ne peut ignorer dans sa gestion quotidienne les objectifs de développement durable qu’il souhaite voir prendre en compte par les entreprises et les consommateurs. En outre, cette orientation des dépenses de fonctionnement doit contribuer au soutien des écoproduits et des écotechnologies qui constituent un facteur important pour promouvoir une économie hautement compétitive et innovante.

Mais pour ce qui nous concerne le plus intéressant se trouve dans les fiches d’application qui détaillent l’action en mener en matière d’achats dans chaque famille de produits. Nous étudierons plus précisément la fiche no5 qui traite de l’Alimentation.

Cette fiche rappelle les objectifs fixées par la circulaire du 2 mai 2008 à savoir l’introduction de 15% de produits bio dans la restauration collective en 2010 et 20% en 2012.

On peut lire sur cette fiche les préceptes suivants:

cibler prioritairement les produits certifiés agriculture biologique présentant les surcoûts les plus faibles (fruits et légumes de saison, pain et produits à base de céréales).

Instruction de chaque ministre à son cuisinier, au directeur compétent (restauration collective, distribution automatique) et aux autres directeurs (réceptions, conférences) pour introduire dans les cahiers des charges une part déterminée et croissante de denrées et produits alimentaires certifiés agriculture biologique .

Mais surtout et cette ligne est peut-être la plus importante à nos yeux:

Viande : diminuer la ration moyenne (92,5 kg/an pour la France) au niveau de la ration européenne (88 kg/an).

On voit là l’effort important qu’il reste à faire dans notre pays pour diminuer la ration de viande dans les menus quotidiens. Cela conforte notre position: manger bio c’est manger moins de viande.

Publicités

Read Full Post »

Le 2 mai 2008 dans la foulée du Grenelle de l’Environnement, le Premier Ministre a émis une circulaire « relative à l’exemplarité de l’Etat en matière d’utilisation de produits issus de l’agriculture biologique dans la restauration
collective ». Cette circulaire a pour objectif premier de tripler le pourcentage de surface agricole utile bio en le faisant passer à 6% en 2012. Pour permettre l’atteinte de cet objectif l’Etat demande que les établissements de restaurations collective dont il assume directement la gestion propose 20% de produits bio en 2012 avec un seuil intermédiaire de 15% en 2010.

Ces deux objectifs sont extrêmement ambitieux et nous pensons que les seuls restaurants collectifs dépendants de l’Etat ne permettront pas à ce dernier d’atteindre son objectif de conversion des surfaces agricoles vers le bio. C’est pourquoi nous avons décidé de nous emparer de cette directive et d’en faire notre fer de lance pour promouvoir les produits bio en restauration scolaire.
Le marché de la restauration scolaire présente en effet une structure très favorables à l’introduction de produits bio. Les quantités sont importantes et régulières. Une ville de taille moyenne comme Rueil-Malmaison sert près de 6500 repas/jour dans ses écoles primaires, 5j/semaine pendant toute l’année scolaire. Les contrats d’approvisionnement sont pluri-annuels (6 ans dans le cas de Rueil Malmaison), notamment lorsque la gestion de la cuisine centrale est concédée à un prestataire privée. Pour ces 2 raisons il est tout à fait possible de mettre en place des filières d’approvisionnement en permettant à des agriculteurs de se convertir au bio. Grâce aux volumes garantis et à la durée des contrats, la conversion des exploitations agricoles peut se faire plus facilement.

La circulaire du 2 mai ne s’applique pas aux restaurants scolaires. C’est pourquoi il est important de faire pression sur les collectivités locales pour qu’elles exigent de leur fournisseur qu’ils fournissent des produits bio à hauteur des objectifs fixés par la circulaire du 2 mai 2008.

Read Full Post »

A l’époque du Grenelle de l’Environnement la mesure avait eu l’honneur du journal de 13h de TF1.

Vincent Poizat

Read Full Post »

En janvier 2004 la cantine scolaire du village de Langouët, (540 hb, Ille et Vilaine) est passée à un approvisionnement 100% bio. Certes le faible nombre de repas servis quotidiennement (50) explique pourquoi elle a pu trouver des fournisseurs capables de fournir la cantine en produits bio.

A la lecture de cet article très complet on apprend que la viande et le poisson sont servis 1 fois par semaine. Ce qui signifie que des repas végétariens sont servis 2 fois par semaine. Sans que cela ne rebute les enfants puisque 78% d’entre eux mangent à la cantine. Très significatif également le fait que les instituteurs eux aussi mangent à la cantine avec leur propre menu. Ce qui me semble tout à fait inhabituel.

On note aussi l’effort éducatif entrepris auprès des enfants pour les sensibiliser aux questions environnementales.

Enfin et ce n’est pas le moins important le prix de revient du repas est de 5,7 euros dont seulement 40% sont à la charge des familles.

Vincent Poizat

Read Full Post »

Voici le texte d’une circulaire datée du 2 mai 2008 provenant du bureau du Premier Ministre. Le texte est très clair. Il demande la mise en place de 15% de produits bio dans les restaurations collectives sous tutelle de l’administration (à priori aussi les cantines scolaires) d’ici 2010 soit quasiment dans 1 an.

Nous pouvons désormais nous retourner rapidement vers nos édiles pour leur demander de mettre en oeuvre sans attendre les recommandations du gouvernement.

Vincent Poizat

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :